Méline Baiutti, lauréate du concours d’éloquence des Lions clubs

Méline Baiutti, lauréate du concours d’éloquence des Lions clubs

Depuis plus de 30 ans, les clubs Lions de France organisent un concours d’éloquence auquel sont invités à participer les étudiants de moins de 21 ans. La première marche qualificative de l’édition 2021 s’est tenue mercredi au sein du lycée Monge.

rt de bien parler, d’émouvoir, de persuader… L’éloquence est l’art de maîtriser sa pensée dans l’action. Un exercice jamais facile pour un lycéen confronté à un jury et à un public, qui, pour tout bienveillant qu’ils fussent, a toujours tendance à générer une situation de stress.

Depuis plus de trente ans, les clubs Lions de France organisent un concours d’éloquence auquel sont invités à participer les étudiants de moins de 21 ans. Portée par les clubs Lions Chambéry Aix Sabaudia et Chambéry Aix Doyen, la première marche qualificative de l’édition 2021 s’est tenue mercredi au sein du lycée Monge.

Confucius comme fil conducteur de ce concours d’éloquence
« Dans l’esprit comme dans la forme, le concours d’éloquence évalue la capacité et le potentiel du candidat à mobiliser les techniques oratoires » détaille Gérard Cuzin Gouverneur du District Centre-sud du Lions Club. Mercredi, quatre jeunes filles et trois garçons, sélectionnés par les lycées savoyards (Monge, Saint-Ambroise et Marlioz) ont fait assaut d’aisance et de leur capacité à argumenter, captiver et accrocher un auditoire sur une citation du philosophe chinois Confucius : “Notre plus grande gloire, n’est pas de ne jamais tomber, mais de savoir nous relever chaque fois que nous tombons”.

Un long travail de préparation
Si l’épreuve dans son concept est simple, elle n’en a pas moins demandé un énorme travail de préparation en termes d’écriture, de construction et de cohérence du propos. Un domaine pour lequel les orateurs d’un jour ont trouvé les clefs en puisant références et exemples, pour les uns dans l’histoire, pour les autres dans la littérature et le cinéma et pour les derniers dans leur propre vécu et expériences personnelles.

Un exercice périlleux d’une petite dizaine de minutes où le vocabulaire, les enchaînements, le débit de la parole, les inflexions, le placement de la voix, ou encore la capacité de se détacher du support écrit ont porté les discours à un très haut niveau dans l’art de la rhétorique.

Au jeu de l’aisance et de l’argumentation, c’est Méline Baiutti, élève de terminale au lycée Gaspard Monge qui s’est octroyé les faveurs et les honneurs du jury. Dans quelques semaines, la jeune Chambérienne participera à la sélection du candidat du District à la finale nationale. Si Méline franchit avec succès cette nouvelle étape, la lauréate entrera alors en lice pour décrocher la palme du Concours national d’éloquence.

Dix minutes pour convaincre

Méline Baiutti, à l’issue du baccalauréat, va poursuivre ses études vers une licence de lettres pour intégrer les métiers de l’édition, mais elle a pour ambition avouée de devenir actrice.

Mercredi dernier, à l’occasion du Concours d’éloquence des clubs Lions, face au jury et au public venu la soutenir, cette jeune Chambérienne de 17 ans, brillante élève en classe de terminale au lycée Monge a donné un premier aperçu de son talent oratoire et de son approche gestuelle de la scène.

Gagnante de la première étape d’un parcours qui pourrait lui ouvrir les portes de la finale nationale du concours d’éloquence au printemps prochain, la jeune fille confie bien volontiers avoir consacré plus d’une quarantaine d’heures à préparer et mettre en forme ce discours d’une petite dizaine de minutes.

« Même si une de mes autres passions va à l’écriture, disserter sur la pensée de Confucius a été un peu compliqué. J’ai néanmoins trouvé le chemin de la réussite avec le précieux soutien de Christine Nantet, ma prof de philo et de Magali Grandière, également enseignante à Monge ».

Bien dans sa peau et dans sa tête, avec le sourire et la joie de la jeunesse, Méline glisse qu’elle est une fan inconditionnel de l’acteur Christian Civil et qu’elle fait ses premiers pas dans le monde du spectacle en fréquentant “La sphère de l’acteur”, école de théâtre chambérienne.